Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Course contre la mort

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Récits romancés
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7274

MessagePosté le: Ven Juin 29, 2012 11:00    Sujet du message: Course contre la mort Répondre en citant

Note de Loïc : sujet déplacé dans Récits romancés

Note : les dates ne sont là qu’à titre indicatif, l’important c’est que les événements se déroulent APRES le débarquement au sud de la France.

Jeudi 21 Octobre 1943 (Paris, France)
Course contre la mort

C’était un de ces petits jardins que l’on trouvait dans Paris, à l’ombre des Immeubles. Quelques arbres, quelques bancs. Un homme jeune, fatigué et nerveux était assis là, les yeux dans le vague et secouant la tête par intermittence.
Un autre jeune homme, les cheveux noirs indisciplinés et d’immenses lunettes s’adossa à côté du premier.
- Salut, tu as maigri !
Marc Hamon, dit « Pingouin » éclata de rire à la réflexion de l’arrivant.
- Toi aussi Julien.
L’homme ne s’appelait pas Julien Keller, même si ses papiers l’affirmaient. Il se nommait Adolfo Kaminski. Une poignée de personnes en France et à Alger le savait, mais ce tout jeune homme de dix-huit ans… enfin dix-sept, toujours selon ses merveilleux faux papiers, était le meilleur faussaire de France. La gestapo, la milice le recherchaient avec insistance… enfin recherchaient un individu doté d’un laboratoire de chimie, d’un atelier de photographie et d’une imprimerie… un homme aux nombreux diplômes et des années de pratique. Adolpho Kaminski n’avait rien de tout ça. Il avait mieux, un véritable génie.
Kaminski… Pardon Keller serra la main de son ami.
- Les nouvelles ?
- Excellentes… enfin militairement. Les Allemands reculent partout et nos armées tiennent fermement le Languedoc. Le problème c’est que les nazis ont accéléré le ratissage. Ils vont lancer une rafle géante sur l’ensemble du pays… enfin ce qu’ils contrôlent encore. Dans trois jours, dix maisons d’enfants vont être raflés simultanément. J’ai besoin de toi ! Il me faut de tout : cartes d’alimentations, certificat de baptême, acte de naissance, plus les cartes d’identité des passeurs, leurs ordres de mission et leurs laissez-passer collectifs.
- Combien ?
La voix de Kaminski s’étrangla tandis que son cœur battait à tout rompre.
- D’enfants ? Trois cent…
Kaminski se leva d’un bond ! Trois cent enfants cela voulait dire plus de neuf cent papiers différents à produire en trois jours. Par expérience le faussaire savait pouvoir créer cinquante documents par jour… Dans sa tête une horloge s’était mise à égrener un morbide tic-tac. La course contre la mort venait de commencer. Chaque seconde de perdue c’était des vies condamnées…

Vendredi 22 Octobre 1943 (Paris, France)
Course contre la mort

Renée Gluck dite « Nénuphar » était chimiste, elle tenait son nom de guerre de l’époque où elle avait été membre des Eclaireurs Israélite de France. Elle y avait rencontré Sam Kugiel dit « Loutre ». Des années plus tard, Loutre était responsable du laboratoire de la 6ème section secrète de l’UGIF(1) le plus réputé de France (et de Belgique et de Hollande). Le groupe comprenait aussi deux sœurs, des étudiantes, Suzie et Herta Schidlof. Et bien sûr il y avait Kaminski.
Tous étaient à présent affairés. Même Loutre, qui d’habitude ne s’occupait que la partie administrative, signait et tamponnait les faux papiers achevés. Nénuphar était au massicot pour découper les cartes. Herta les remplissait à la main et à la machine à écrire. Suzie recolorait. Adolpho Kaminski vieillissait les papiers obtenus grâce à une machine de son invention, un cylindre remplis de poussière et de mines de crayons, destiné à les salir et les abimer.
Ils travaillaient depuis la veille. Adolpho, n’ayant pu trouver le sommeil, avait même continué à travailler toute la nuit dans son propre atelier installé dans l’immeuble pour étudiant où il domiciliait. Il faut dire qu’une autre commande était tombée la veille. Les résistants de la section hongroise du MOI devaient recevoir rapidement de nouveaux papiers… eux aussi risquent leurs têtes.

(1) L’UGIF : Union Générale des Juifs de France est une organisation chargée de fournir un logement aux juifs. Sous couvert de générosité, l’UGIF est financé par le NEF. En fait, les administrateurs des maisons sont tenus d’enregistrer sur fiche les locataires. Fiches transmises aux miliciens et à la gestapo… mais certains membres de l’UGIF ont rejoint la résistance, fondant la 6ème section… en détournant les fonds que le NEF leur attribuait.


Samedi 23 Octobre 1943 (Paris, France)
Course contre la mort

Les cinq personnes présentes dans le petit atelier sont gluantes de transpiration, les cheveux en bataille, les yeux écarquillés. Leurs vêtements fripés, tachés, puent les produits chimiques.
Adolpho ouvre la bouche pour happer l’air, il s’effondre. C’est son troisième jour de travail ininterrompu, deux nuits sans dormir. Son corps le lâche, il s’évanouit. La deuxième nuit a été la plus dure pour lui, il menaçait sans cesse de s’endormir sur sa table de travail. Il était obligé de se lever de faire quelques pas et même de se gifler pour ne pas s’endormir. Rester éveillé, ne pas dormir, travailler… avec les yeux brouillés par le manque de sommeil. Et ce tic-tac dans la tête ! Dormir ? Une heure de sommeil c’est des gens qui meurent.
Mais Kaminski vient d’atteindre ses limites. On le transporte en urgence chez un membre du réseau qui vit non loin. A peine réveillé, il demande à se remettre au travail, mais sa vue est brouillée de tâches noires. On le force à se recoucher. Il demande à ce qu’on le réveille au bout d’une heure. Mais Nénuphar est inflexible : « On a besoin d’un faussaire, pas d’un cadavre de plus, Adolpho ».
Malgré tout les papiers seront terminés à temps, pour les enfants comme pour les résistants de la section hongroise.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.


Dernière édition par Anaxagore le Dim Juil 01, 2012 10:22; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fab59



Inscrit le: 25 Mai 2009
Messages: 20

MessagePosté le: Ven Juin 29, 2012 13:18    Sujet du message: Répondre en citant

« On n’a besoin d’un faussaire, pas d’un cadavre de plus, Adolpho ».

La liaison se fait avec le "on", le n' est une négation, à moins que le faussaire soit inutile...

Donc : On a besoin d'un faussaire
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7274

MessagePosté le: Ven Juin 29, 2012 14:39    Sujet du message: Répondre en citant

Je plaide coupable, mais c'est plus une faute d’inattention que d'orthographe.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1334
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Juin 30, 2012 22:20    Sujet du message: Répondre en citant

Cela me semble très réaliste, et très bine écrit.

F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7274

MessagePosté le: Dim Juil 01, 2012 10:16    Sujet du message: Répondre en citant

Pour le bien écrit, merci.
Pour le très réaliste, normal... c'est un fait RÉEL, j'ai juste changé la date et deux ou trois points ici et là.

Si j'ai écris ce texte c'est que je vois toujours des histoires de gros flingues, même dans la résistance. Certains résistants n'ont jamais porté d'armes. Mais Adolfo Kaminski a sauvé plus des milliers personnes en leur fabriquant des faux papiers.

Petite remarque : la principale distorsion que j'ai fait subir à l'histoire c'est de considérer que Kaminski est entré plus tôt (6 mois dans la résistance) par rapport à l'OTL.

Je pense que la France FTL durcit plus vite son comportement avec les Juifs non français présents sur son territoire. En OTL, la famille Kaminski sort du Vel-d'hiv grâce à leurs passeports argentins. J'ai considéré que le nef et les nazis étaient plus durs et que les juifs ayant des papiers de pays non belligérants seraient plus rapidement traité comme les autres (au passage à partir de la deuxième partie 43 OTL, les allemands déportent les Juifs ayant la nationalité de pays neutre);
En FTL, les conditions se durcissent plus vite pour les Juifs étrangers parce que les rafles sur les juifs "nationaux" sont moins efficaces. De ce fait Kaminski devient un résistant dès le début 43.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Récits romancés Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com