Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Août-Septembre 1943 - Souvorov Koutousov Roumantsiev
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 30, 31, 32 ... 34, 35, 36  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Le front russe
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
solarien



Inscrit le: 13 Mai 2014
Messages: 1667
Localisation: Picardie

MessagePosté le: Lun Juin 29, 2020 18:09    Sujet du message: Répondre en citant

Cela peut paraitre idiot mais la tactique de Rommel, qui fut assez efficace, ne pourrait elle pas devenir l'une des normes de la Wehrmacht ??
Laisser volontairement des zones "ouvertes" à l'ennemie qui donne sur des terrains favorable a la manoeuvre, permettant de détruire sans trop de perte un max de troupes soviétique?

Manstein est certes un fanatique mais pas un idiot, il a dut avoir des rapports de combats du HG Mitte, comprendre sa tactique et vouloir la réutiliser a plus grande échelle ou en plus efficace.

Les généraux allemands se jalouses et haisse mais pas aux point d'ignorer une tactique efficace ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 4391

MessagePosté le: Lun Juin 29, 2020 18:38    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
le 6e corps blindé de Bogdanov


Si ils ont la même tronche que Ichka et Grichka... pas besoin de blindés, les allemands se sauvent en hurlant rien qu'a les voir... en même temps, on est pas loin de Tchernobyl...
Arrow
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Huntziger, 7/05/1940.

"Weygand c'est un mur, Gamelin un édredon" (Daladier)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 3631
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Lun Juin 29, 2020 20:38    Sujet du message: Répondre en citant

Manstein doit composer avec un patron moustachu pour qui repli est un gros mot, ainsi qu'avec une foule d'intriguant qui prendrait bien sa place ... Tu accorde trop de cohérence au 3eme Reich - ceci étant dit, attend de voir ! Very Happy
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 894
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2020 10:02    Sujet du message: Répondre en citant

solarien a écrit:
Cela peut paraitre idiot mais la tactique de Rommel, qui fut assez efficace, ne pourrait elle pas devenir l'une des normes de la Wehrmacht ??
Laisser volontairement des zones "ouvertes" à l'ennemie qui donne sur des terrains favorable a la manoeuvre, permettant de détruire sans trop de perte un max de troupes soviétique?

Manstein est certes un fanatique mais pas un idiot, il a dut avoir des rapports de combats du HG Mitte, comprendre sa tactique et vouloir la réutiliser a plus grande échelle ou en plus efficace.

Les généraux allemands se jalouses et haisse mais pas aux point d'ignorer une tactique efficace ?


Manstein a sa propre méthode, DemoDan vous montrera cela bientôt.

Mais si Rommel a eu autant de succès c'est d'une part parce que terrain et contexte étaient favorables et que d'autre part parce que les soviétiques ont multiplié les bourdes !

Mais il y a une constante du front russe, OTL comme FTL : les soviétiques apprennent de leurs erreurs et savent prendre la mesure de leur adversaire, les Allemands jamais...
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JPBWEB



Inscrit le: 26 Mar 2010
Messages: 2278
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2020 10:29    Sujet du message: Répondre en citant

le poireau a écrit:

Mais il y a une constante du front russe, OTL comme FTL : les soviétiques apprennent de leurs erreurs et savent prendre la mesure de leur adversaire, les Allemands jamais...


C'est tres juste. Et en plus, les Soviétiques ont largement les moyens humains et matériels de faire des erreurs, pas les Allemands.
_________________
"L'histoire est le total des choses qui auraient pu être évitées"
Konrad Adenauer
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 10875
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2020 17:23    Sujet du message: Répondre en citant

31 août
Opération Koutousov
Premiers sangs
Ukraine du nord
– Nouvelle journée incertaine sur le front, que ce soit dans les cieux – où le temps va en se dégradant tout au long de cet ultime soleil d’août, avant de s’achever sur une pluie rafraîchissante – comme au sol – où les Soviétiques relancent leurs assauts avec entrain, mais sans résultats vraiment décisifs.
………
Secteur de Novohrad-Volynskyï – Quoique risquant toujours – théoriquement du moins – d’être tournée par son flanc gauche, la 5e Armée de Choc repart d’Ulashanivka pour s’emparer de Bolyarka, environ 5 kilomètres plus loin. Le XXIX. AK, qui a rameuté la 168. ID voisine (Werner Schmidt-Hammer – LV. AK) pour tenir sa gauche, n’a aucun problème pour continuer à reculer en bon ordre vers l’ouest et – surtout – vers la Sluch, qui constituera sans nul doute une ligne de défense infranchissable, d’autant plus qu’elle reçoit dans cette zone son affluent la Tnya. Erich Brandenberger dispose encore de 15 kilomètres jusqu’aux rives du fleuve… aucune raison de s’inquiéter, donc !
Pleinement conscient du fait que Maximilian De Angelis, qui commande la 6. Armee, le mène en bateau, Ivan Chernyakovsky choisit de surenchérir en préparant pour demain l’injection du 5e Corps Blindé de la Garde (D.D. Lelioushenko) au sud, afin de prendre Hul’s’k et son pont ferroviaire, qui serait toujours praticable. Il l’ignore bien sûr, mais face à lui, la 6. Armee dispose toujours de la 36. PanzerGrenadier (Hans Gollnick), tenue en réserve à Novohrad-Volynskyi. Certes, cette unité est de formation récente et seulement dotée de Panzer III, mais elle reste néanmoins mobilisable en cas de besoin.
………
Secteur de Barashi – Profitant de la faiblesse de la réaction allemande dans ce secteur, ainsi que de la mobilisation de toutes les réserves fascistes en des points plus importants du front, la 37e Armée poursuit son avance vers le nord-ouest et s’empare des villages de Bastova Rudnya et de Symony, face à une 294. ID qui ne s’accroche guère au terrain. Contre toute attente, Vasily Chuikov et ses troupes approchent donc de la voie ferrée Novohrad-Volynskyï-Korosten, qui n’est plus qu’à 3 kilomètres des pointes rouges.
Informé, Erich Jaschke (LV. AK) réagit. Il a obtenu de De Angelis la mobilisation de la 4. Luftwaffen-Feld-Division (Hans-Georg Schreder) et « l’engagement parcimonieux et raisonné du 210. StuG Abt “Tigerkopf” » (major Herbert Sichelschmidt), tenus en réserve d’armée au sud de Yemiltchyne. Il peut dès lors commencer à préparer une contre-offensive globale avec la 294. ID, la 4. LFD et la 9.ID (en garnison à Iablounets, au nord-est). Cela devrait sans nul doute suffire à rejeter ces Slaves impudents sur leur ligne de départ. Comme de juste, le choc aura lieu en plaine, aux environs de Shevchenkove, dans les conditions dictées par la Wehrmacht bien évidemment.
………
Secteur d’Horshchyk – Avec hargne et stoïcisme, la 4e Armée de Choc repart elle aussi vers le nord pour couper la ligne ferroviaire et forcer le passage à l’ouest de Korosten. Bénéficiant d’un soutien accru de la part de la 3e Armée Aérienne – du moins en début de journée, tant les événements en cours un peu plus à l’est attirent les avions – les forces soviétiques progressent péniblement vers Ushomyr, sans parvenir encore à s’approcher de l’Uzh. Vladimir Alexeiev a beau lancer ses blindés vers Polis’ke (le principal point de passage) le long de la principale route du secteur, en profitant de ce que l’infanterie rabat peu à peu les défenses fascistes vers le nord-ouest, son 11e Corps Blindé piétine et perd encore une vingtaine d’engins, pris de flanc à partir des bois au nord de Veselivka…
En face, le XLIV. AK se prépare donc avec calme à repasser l’Uzh pour profiter de cette coupure humide – une fois derrière cette rivière (et même si elle n’est pas très large dans cette région), il sera possible de garnir sereinement une troisième ligne d’arrêt et peut-être même de s’étirer vers le nord pour soulager les défenseurs de Korosten. Cette retraite méthodique s’effectue dans le calme – et de fait, au soir, l’Armée Rouge n’est même pas encore en vue de l’Uzh. Moins de 10 kilomètres en deux jours, une misère !
………
Secteur de Korosten – Nouvelle journée de massacre… A Synhai et Hrozyne, le LII. AK observe vague après vague les fantassins soviétiques se jeter sur ses mitrailleuses. Quoique lui-même durement matraqué par les orages d’acier de l’artillerie et de l’aviation, Hans-Karl von Scheele peut prétendre maîtriser la situation. Il lui paraît évident que le Rouge fait preuve d’une médiocrité tactique confondante en attaquant ainsi selon les termes de la Heer (de fait, Mikhail Potapov n’a pas tellement le choix !), tandis que la couverture aérienne fournie par la Luftflotte IV obtient de nombreuses victoires, ce qui fait toujours beaucoup de bien au moral des troupes. La JG. 52 “Au glaive brandi” revendique pas moins de 27 victimes ! Parmi ses pilotes, une figure bien connue de la propagande – au moins autant qu’elle est douée au combat aérien : Gerhard Barkhorn, qui abat quatre chasseurs rouges dans la même journée. A présent qu’il est arrivé à 158 victoires, nul doute que le Staffelkapitän, déjà détenteur de la Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes mit Eichenlaub recevra bientôt une nouvelle promotion, et même sans doute un commandement ! Il lui suffira de survivre…
En effet, au-delà des exploits des Experten, le bilan aérien de la journée n’est pas aussi favorable à la Luftwaffe qu’espéré : 43 victoires revendiquées pour 26 pertes. Les Stukas, toujours aussi lents et vulnérables, souffrent beaucoup – certains murmurent qu’il faudrait peut-être les retirer du front comme on l’a fait depuis longtemps face aux Occidentaux… mais encore faudrait-il avoir de quoi les remplacer ! Quant aux Heinkel 111 du KG 27, lancés avec une faible escorte contre les batteries soviétiques et les concentrations de troupes détectées très en arrière du front, ils sont allés carrément à l’abattoir – et à l’inverse des pilotes de chasse, opérant au-dessus des lignes allemandes, les équipages survivants n’ont pu être récupérés. L’aviation allemande ne pourra sans doute pas tenir ce rythme très longtemps. Surtout pour permettre aux Landsers de disputer aux frontovikis deux médiocres villages d’Ukraine, dont beaucoup ignoraient la veille encore jusqu’à l’existence !
Cependant, si au centre du secteur, la journée se passe donc bien – ou presque – pour les Allemands, il n’en est pas tout à fait de même sur les flancs. Sur l’instruction de Model, le chef du XLVII. PzK, Heinrich Eberbach, a laissé les chars soviétiques avancer profondément sur deux axes dans les lignes allemandes et engage à présent sa bataille “décisive” si clausewitzienne, dans des conditions qu’il estime très favorables et en sachant que son armée a toujours en réserve une PanzerDivision, une PanzerGrenadierDivision et un Abteilung de Tiger (et de Panzer IV). Les chocs qui suivront seront dignes de Zitadelle – quoiqu’à plus petite échelle, eu égard aux terribles pertes déjà subies des deux côtés.
Au nord, à Nemyrivka, le 4e Corps Blindé de la Garde (S.I. Bogdanov), qui n’a pas encore bien récupéré, se confronte à la 21. Panzer (E. Feuchtinger), toute neuve. Un Abteilung de Leopard et de Panzer IV et un Abteilung de Panzer III J/N font face aux vagues de T-34 sur un front extrêmement restreint (3 kilomètres !). Dans une configuration aussi frontale, et alors que les Rouges ne peuvent pas ni manœuvrer ni déborder, l’action vire très vite à la destruction mutuelle. 37 Panzers contre 114 chars rouges ! L’avance de Bogdanov est bloquée – sans plus. N’est-ce pas un peu cher payé (plus du tiers des engins de la 21. Panzer !) pour un résultat aussi peu décisif ?
Au sud, près de Roztyazhyn, la situation est un peu différente. Le 2e Corps Blindé de la Garde (P.S. Rybalko) fait face à la 5. Panzer (E.-F. Faeckenstedt), renforcée de la 4. Panzer (D. von Saucken) en seconde ligne sur sa gauche. En approchant de Korosten sous la pluie le long de la voie ferrée, qu’ils suivent depuis Malin, les blindés russes ont eu le loisir de se déployer. Et lorsque ses premiers engins explosent sous les tirs venant de Roztyazhyn, sur leur gauche, Pavel Rybalko n’hésite pas à faire face au sud et à répartir ses forces en deux pinces pour contre-envelopper son adversaire, tout en espérant se rapprocher de l’Uzh.
La pince de gauche, filant vers Domoloch, se heurte ainsi à la 5. Panzer (qui compte à ce moment une soixantaine de blindés). Cette dernière recule pas à pas en perdant 25 panzers contre 41 chars russes. Mais celle la pince de droite rencontre, à l’approche de l’aiguillage, la 4. Panzer, qui n’a guère été renforcée après sa saignée au début du mois. Pour compenser cet été de fait, Dietrich von Saucken a divisé avec habileté ses quelques engins (il ne dispose que d’un peu plus de 40 panzers, Leopard, Panzer IV et Panzer III…) en petits groupes qui se déplacent en quasi-autonomie pour harceler et détruire les pointes rouges sans se laisser pour autant entraîner dans une mêlée. Un bon choix tactique, qui se heurte toutefois à la grande compétence de Rybalko, lequel préfère délaisser cette proie trop fuyante pour rompre le contact et tomber sur le flanc de la 5. Panzer ! Incapable d’empêcher cette manœuvre sans trop s’exposer, von Saucken ne peut qu’avertir Faeckenstedt de ce qui arrive sur lui… La 5. Panzer est finalement contrainte d’abandonner Roztyazhyn à l’ennemi et de se retirer vers les bords de l’Uzh. Au soir, Eberbach sollicite de Model l’autorisation d’engager les blindés du 501 s.Pz Abt – accordée évidemment. Même si les Russes noient les Panzers sous le nombre, se dit Model, ils subiront de lourdes pertes et devront bien s’arrêter au bord de l’Uzh…
Pendant ce temps, les généraux du 3e Front Biélorusse observent le spectacle avec inquiétude.
………
« Les combats pour la rive sud de l’Uzh près de Korosten virent pour la première fois du conflit germano-soviétique les Panzers incapables de remporter une victoire franche dans les conditions les plus favorables – couverture aérienne, blindés soviétiques isolés en avant de l’infanterie, défense en terrain découvert. Quoique bénéficiant en théorie d’une supériorité technologique et d’un plus grand savoir-faire tactique, Heinrich Eberbach n’avait pu détruire les forces de Pavel Rybalko comme espéré et, en définitive, s’était replié sous leur pression – la saignée infligée au 6e Corps Blindé de Semion Bogdanov ne rattrapait évidemment pas ce résultat.
Aujourd’hui, il est de coutume pour une certaine frange d’historiens amateurs de voir dans ces événements – et plus généralement dans tous ceux qui allaient suivre en Ukraine – une sorte de « glorieux commencement de la fin » pour la PanzerWaffe, qui allait ensuite lutter courageusement jusqu’au bout pour défendre le Reich face à des masses de plus en plus nombreuses de T-34 submergeant Panzer IV et Leopard puis Panther, tout en gardant une supériorité qualitative indéniable sur le plan du matériel comme sur celui des équipages. La bataille de Rudnya-Mykolaivka puis celle de de Jlobine (remportée un peu plus tard par Rommel de son côté), sans même parler des succès initiaux de Nordwind face aux Franco-Américains, accréditeraient selon eux ce récit romantique, fortement influencé par les mémoires de plusieurs généraux de Panzers publiés en grand nombre après la guerre dans un contexte de guerre froide Est-Ouest. Pourtant, il ne soutient pas l’analyse.
Au mois d’août 1943, force est d’abord de constater que le cœur des formations blindées allemandes reste le Panzer IV, renforcé d’un Leopard plutôt décevant ainsi que de pauvres Panzer III dont l’heure était passée depuis longtemps. Le Panther était encore en évaluation – on saurait un peu plus tard ce qu’il en était. Enfin, le Tiger ou le Ferdinand étaient des raretés pesant moins d’une centaine d’engins chacun sur la totalité du front de l’Est.
Nous pouvons donc déjà acter, en moyenne, l’absence de toute supériorité technologique du Reich en matière de chars – optique de qualité supérieure ou pas, un Panzer III ne pouvait se mesurer à un T-34. Reste l’aspect humain : si nous mettons de côté le cas particulier de la SS-PanzerWaffe (qui se remettait à grand peine de ses déboires de Zitadelle), il est évident, à la lecture des comptes-rendus d’opérations et journaux d’unités, que les équipages des PanzerDivisions connurent une forte attrition durant l’été 1943, mal compensée par de nouvelles recrues dont la formation avait été pour le moins succincte. L’entrainement des Panzermänner était de plus en plus court : la Panzertruppenschule I de Munster luttait pour fournir du personnel en nombre suffisant, alors que la majorité de ses instructeurs-cadres repartaient au front pour garnir les rangs de la redoutable Panzer-Lehr. Ce tableau n’est pas sans rappeler l’évolution que connut l’aéronautique navale japonaise… Quant à la Panzertruppenschule II de Nis, censée régler ce problème – et qui allait d’ailleurs devoir bientôt se replier en Hongrie… – il faut bien reconnaître qu’elle n’atteignit jamais l’efficacité de son aînée, étant soumise à de multiples pénuries de matériel et aux contraintes dues à son implantation en territoire étranger, voire hostile.
On vit ainsi, au fil du conflit, des recrues de plus en plus jeunes rejoindre le front sur des engins certes de plus en plus puissants, mais aussi de plus en plus exigeants et d’une fiabilité toujours plus perfectible – engins qu’on leur avait néanmoins confiés en espérant qu’ils compenseraient leur inexpérience et alors que les vétérans devaient souvent de leur côté se contenter de montures de la génération précédente. Tout cela ne risquait pas de faciliter la logistique et la gestion des casses mécaniques (plus d’un Panther finit abandonné sur le bas-côté, en panne après une erreur de son pilote…), sans même parler de la cohésion et de l’esprit de corps des unités !
Ainsi, selon une courbe somme toute similaire à celle de la Luftwaffe, la Panzerwaffe finit par se scinder entre quelques Experten et une masse de novices, pour un résultat final inéluctable face à des adversaires toujours plus compétents et mieux équipés. Et encore, nous ferons ici grâce au lecteur de divers aspects ancillaires qu’aucun “Panzerlover” ne trouve jamais digne d’évoquer dans ses panégyriques : logistique chancelante, ravitaillement en carburant incertain, bombardements aériens incessants, engagement dans des conditions tactiques défavorables avec très peu d’infanterie – autant d’aspects en général occultés dans nombre de publications prétendument historiques mais qu’on pourrait juger à la limite de la complaisance.
Cependant, hélas, pour certains, la messe est dite – la technologie allemande était forcément supérieure, les équipages allemands étaient d’une compétence sans égale et les Alliés n’ont gagné la guerre qu’en noyant ces héros sous le nombre ! Ce préjugé – déjà présent dans de nombreux wargames “papier” anglo-saxons – est encore aggravé désormais par les multiples jeux vidéo pseudo-historiques publiés depuis une vingtaine d’années, et plus encore par les jeux en ligne récents disponibles pour tout un chacun (et qui se prétendent gratuits mais qui exigent presque toujours de payer pour avoir un espoir de gagner, et souvent en achetant des engins nazis, tant qu’à faire…). Ces logiciels strictement destinés à l’amusement touchent de ce fait un très large public pas forcément acculturé à l’Histoire. Ils, font la part belle aux monstres d’acier allemands dans des enchaînements de batailles où l’on voit plus de Tiger en cinq minutes qu’aucun soldat de l’époque n’en a aperçu durant toutes ses campagnes, et n’ont finalement de « réalistes » que les graphismes. L’expérience du joueur, encouragé par l’apparat germanico-nazi toujours intact, fait le reste… Il faut donc, hélas, se résoudre à constater que, soixante-quinze ans après les faits, la propagande nazie continue de sévir par ce biais inattendu et de contaminer ainsi les amateurs d’Histoire militaire, qui par simple ignorance, qui par fascination morbide. »

(L’imposture Panzer, tribune parue dans le magazine Guerre, Blindés & Matériel du 1er trimestre 2018 [Cette tribune valut à son auteur plusieurs courriers de lecteurs indignés, le traitant en général de suppôt du communisme… ou « d’américanophile bêlant porteur de la parole officielle ». Ceux qui en faisaient l’agent d’un complot judéo-maçonnique ne furent pas publiés).].)
………
Secteur de Narodytchi – Nouvelle journée de raids et de coups de main pour la 8e Armée de la Garde, qui continue à semer la confusion le long de l’Uzh, face à un LVI. AK complètement assuré de ces arrières. Sur sa gauche, la 64e Armée de Gagen sort un peu de sa torpeur et lance quelques coups de sonde au travers des lagunes au nord de Zelena Polyana, parvenant à appliquer en direction de Davydky une certaine pression qui empêche le XXIV. PanzerKorps d’espérer intervenir plus à l’ouest. En dehors de ces médiocres actions, le front reste relativement calme dans ce secteur.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 3477
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2020 17:52    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Mais celle la pince de droite rencontre, à l’approche de l’aiguillage, la 4. Panzer, qui n’a guère été renforcée après sa saignée au début du mois.

_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3500
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2020 17:56    Sujet du message: Répondre en citant

...et de rappeler qu'au même moment (à qq jours prés), les mêmes tigre étaient presque incapables de descendre en ligne face à dragon.
en cause, un mélange justement d'inexpérience de certains conducteurs, (encore que les bêtes ne soient encore confiés en général qu'aux équipages expérimentés) et de problèmes de suspension/ boite de vitesse qui ne commencerons à être réglés qu'à partir de novembre ftl
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wardog1



Inscrit le: 29 Aoû 2015
Messages: 560
Localisation: Puy de Dome,France

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2020 18:46    Sujet du message: Répondre en citant

Ah world of tank(meme si je prefere wow) le jeux ou tu peut cacher un char tigre dans un buisson et rester invisible...ce qui ne m’empêche pas d’apprécier le jeux et d'assister à certaines scenes plus que cocasse!
_________________
"You and I are opposite sides of the same coin. When we face each other, we can finally see our true selves. There may be a resemblance, but we never face the same direction."

Larry Foulke
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 3631
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2020 18:57    Sujet du message: Répondre en citant

Vous aurez compris que je suis agacé par certains phénomènes en Vogue, dont notamment les "heeraboo" ... je règle donc quelques comptes - ce ne fait pas avancer mais ça soulage !
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 3631
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2020 19:47    Sujet du message: Répondre en citant

Chers lecteurs,

Aujourd'hui, un petit mot de satisfaction avant d'aller manger ... Vous aurez observé que l'on vient de publier ce soir le 31 aout - soit le dernier jour d'un mois qui a connu quelques offensives ... Molot, Riga, Zitadelle, Souvorov ... Il n'en a vraiment pas fini.
Je reprend mon compte de mail - j'ai envoyé le premier brouillon à Casus pour l'aout 1943 Ostfront le jeudi 21 novembre 2019 à 16h29 ... Cela fait donc 222 jours précisément que je travaille sur ce mois ! Entre autres choses évidemment ... il y a eu des interruptions.
Cela donne une idée de l'ampleur des actions sur le front de l'Est. Et me motive à continuer. Même si tout ne sera pas aussi dense. Alors, demain Septembre !


_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
borghese



Inscrit le: 07 Sep 2011
Messages: 296

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2020 20:48    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Chers lecteurs,

Aujourd'hui, un petit mot de satisfaction avant d'aller manger ... Vous aurez observé que l'on vient de publier ce soir le 31 aout - soit le dernier jour d'un mois qui a connu quelques offensives ... Molot, Riga, Zitadelle, Souvorov ... Il n'en a vraiment pas fini.
Je reprend mon compte de mail - j'ai envoyé le premier brouillon à Casus pour l'aout 1943 Ostfront le jeudi 21 novembre 2019 à 16h29 ... Cela fait donc 222 jours précisément que je travaille sur ce mois ! Entre autres choses évidemment ... il y a eu des interruptions.
Cela donne une idée de l'ampleur des actions sur le front de l'Est. Et me motive à continuer. Même si tout ne sera pas aussi dense. Alors, demain Septembre !


Ça fait quelques jours que je ne suis plus venu sur le site (fin d'année oblige...) et je constate avec ravissement que le recit a repris, et que j'ai même trois épisodes de retard!

Miam donc, et bon courage!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 4391

MessagePosté le: Mer Juil 01, 2020 08:58    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:




C'est un raton laveur ça, pas un racoon...
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Huntziger, 7/05/1940.

"Weygand c'est un mur, Gamelin un édredon" (Daladier)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3500
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mer Juil 01, 2020 09:55    Sujet du message: Répondre en citant

tu rigoles... Laughing y'a pire
sache que pour le front birman, il y a mai à octobre (soon) en attente
et pour le front italien et mai à début aout

quand, en gros, on réfléchit au concept, on lit et on simule entre les vacances scolaires, on rédige le brouillon sur les premiers 15 jours, puis on met au propre avec les coloriages aux vacances suivantes ; et qu'il y a huit textes de 30 à 60 pages word chacun : il y a du taf en perspective qui s'est accumulé depuis 2-3 ans facile, d'autant qu'au milieu, il y a eu mes derniers mois sur le front sud de la France.

j'étais encore en Irlande quand j'ai envoyé avril mai 44 france
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
DMZ



Inscrit le: 03 Nov 2015
Messages: 1359
Localisation: France

MessagePosté le: Mer Juil 01, 2020 11:01    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Ils, font la part belle aux monstres d’acier allemands

Quand on en vient à chasser les virgules, c'est qu'il ne reste plus beaucoup de défauts...
_________________
"Vi offro fame, sete, marce forzate, battaglia e morte." "Je vous offre la faim, la soif, la marche forcée, la bataille et la mort." Giuseppe Garibaldi
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Le front russe Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 30, 31, 32 ... 34, 35, 36  Suivante
Page 31 sur 36

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com